Articles & actualité

Recul de la production des mines d'or en Chine pour des raisons environnementales

La production recule de 3% après une baisse de 6% en 2017.

Le volume d'or extrait des mines du premier pays producteur d’or au monde, la Chine, a baissé de presque 3 % au premier trimestre 2018, par rapport à la même période en 2017, selon des chiffres nouvellement publiés.

Cela prolonge la baisse annuelle de 6% observée l’an passé, selon les dernières données statistique de la China Gold Association (CGA), soutenue par le gouvernement.

La Chine a produit 98,2 tonnes d’or au premier trimestre de l’année comparé à 101 tonnes l’an d’avant, indique la CGA.

Les réglementations environnementales ont engendré la baisse, forçant un nettoyage et un retrait ordonné des droits d’exploitation dans les zones protégés du pays. Au même moment, certaines mines d’or ont fermé renforçant la tendance à la baisse continue de la production aurifère.

La gestion en Chine des déchets toxiques, par exemple, est devenue de plus en plus stricte au cours des dernières années, avec une mesure de 2016 listant les résidus de cyanure pour l’exploitation aurifère comme « un danger »

La production aurifère mondiale de 2017 a établi un nouveau record, augmentant de presque 1% pour atteindre 3 292 tonnes d’or, selon Metals Focus. La baisse en Chine est contrebalancée par une croissance de 8% en Russie et de 6 % aux Etats-Unis, respectivement au 3ème et 4ème rang mondial pour la production minière du métal jaune.

 

Production minière de l'or dans le monde en tonnes, BullionVault

Production minière aurifère mondiale en tonnes, de 2010 à 2017.

La production du second pays minier aurifère au monde, l’Australie, est restée constante, tout comme celle du Pérou au 6ème rang. Le Canada (5ème rang) a affiché une hausse de la production de 5%, toujours selon les chiffres des experts de Metals Focus. 

La production mondiale a augmenté au dernier trimestre de 2017 par rapport à l’année précédente, a indiqué un rapport de l’agence de notation S&P Global. Cependant les plus grandes compagnies minières aurifères n’ont pas engendré cette hausse.  Plusieurs des grosses compagnies du top 10 ont affiché une production plus petite que celle du quatrième trimestre 2016. Par exemple, celle du numéro 3 mondial Goldcorp (NYSE : GG) s'est contractée de 15%.

Barrick (NYSE : ABX) au premier rang mondial a rapporté la semaine passée une baisse de 20% lors de son premier trimestre de production.

Polyus Gold (MCX : PLZL), première compagnie minière russe, a indiqué mardi à l’inverse une croissance de 13% d’une année sur l’autre au premier trimestre, en bonne voie pour atteindre l’objectif de volume pour 2018.

Les prix des actions de Polyus ont coulé la semaine passée de presqu’un cinquième après que l’actionnaire majoritaire Suleiman Kerimov ait été sanctionné par le Trésor US pour être un officiel du gouvernement de la Fédération russe, maintenant mise en cause dans la tentative d’assassinat par poison de l’ancien espion Sergei Skripal en Angleterre.

Les sanctions ne changeront pas la façon dont Polyus fait ses affaires, a indiqué le PDG Pavel Grachev.

Les analystes de BullionVault ont récemment remarqué que depuis les sanctions de l’Ouest contre la Russie, suite à l’annexion de la Crimée, bloquant des ventes internationales de l’or de la Russie en 2013, la banque centrale du pays à Moscou a acheté 70% de la production aurifère nationale. Ses réserves de métal jaune sont ainsi devenues les 5ème plus importantes en volume dans le monde aux côtés de la Chine.

 

 

Voir tous les articles de Goldbug.

Avertissement : Tous les articles publiés ici ont pour but d'informer votre décision, et non pas de la guider. Vous êtes seuls à pouvoir décider du meilleur placement possible pour votre argent, et quelque soit la décision que vous prenez, celle-ci comportera un risque. Les informations ou données incluses ici sont déjà peut-être dépassées par les événements, et doivent être vérifiées d’une autre source, au cas où vous décideriez d’agir. Voir nos termes et conditions.