Articles & actualité

Les banques centrales faces à des obstacles pour les achats d’or, de platine et de palladium

Achat d’or en Suisse, et de palladium et platine en Russie…

Un référendum sur l’or s’est tenu en Suisse alors que le Kremlin semble stimuler les prix du platine et du palladium avec les achats officiels…

Or pur en Suisse, BullionVault

Les banques centrales de Russie et de Suisse considèrent les mérites des achats d’or et autres métaux précieux, mais pour des raisons très différentes.

Détenant maintenant la 5ème plus grande réserve d’or, la banque centrale de Russie projette de rencontrer des fonctionnaires d’Afrique du Sud (premier pays minier de platine au monde), pour discuter des achats de platine et palladium sur le marché ouvert afin de soutenir les cours, selon une source officielle du Kremlin.

Le dépositaire officiel de métaux précieux et des diamants de Moscou, Gokhran, détient des quantités non déclarées de palladium. La Russie et le premier producteur minier au monde de ce métal. Le directeur de Gokhran, Andrey Yurin, a répété le mois dernier ses commentaires de mai sur le retour aux achats de palladium en 2015, après l’attention portée sur les achats d’or cette année.

Et en Suisse ?

La Banque nationale suisse (BNS) a fait face à un vote populaire pour l’achat d’or, dont l’objectif est d’instaurer l’adossement de l’or au franc suisse. La banque nationale fait campagne contre la proposition.

Les électeurs suisses avaient approuvé en 1999 la fin des exigences juridiques pour les réserves d’or afin de soutenir la valeur du franc suisse et approuvé des ventes importantes commencées lors des niveaux bas de deux décennies des cours, actuellement quelques 70% sous les prix actuels.

Pour obtenir une place dans le prochain référendum suisse, programmé pour le 30 novembre, l’initiative « Sauvez l’or de la Suisse » a récolté 100 000 signatures lors d’une pétition. Cette proposition pose un risque sur la capacité de la banque centrale du pays à assurer la stabilité des cours et la croissance stable de l’économie, a indiqué mardi le ministre des finances Eveline Widmer-Schlumpf. Peter Hegglin, chef de la conférence des directeurs financiers des cantons suisses, s’est aussi joint aux appels répétés du président de la BNS, Thomas Jordan, pour que les électeurs rejettent la mesure.

« Une réserve d’or qui ne peut être touchée n’est pas une réserve d’urgence », avait indiqué Hegglin lors d’une point presse à Bern.

La BNS aurait besoin d’acheter peut-être 1 500 tonnes d’or pour satisfaire les termes du référendum, selon une estimation, ce qui établit pour objectif un minimum de 20% d’or pour le bilan de la BNS, gonflé avec l’assouplissement quantitatif pour acheter des euros et maintenir le franc suisse corrélé à la faiblesse de la devise du marché unique.

De retour en Russie :

« Le palladium n’est pas une réserve d’or et de devise », avait indiqué au printemps le PDG de la compagnie minière russe de palladium Norilsk, Vladimir Potanin, quand Gokhran a sous-entendu qu’il considérait des achats de métaux précieux. « Il devrait être vendu plutôt qu’acheter par le gouvernement. Nous pourrions aider, non seulement pour acheter des volumes, mais aussi en promouvant cet accord ».

Nommé par le ministre des ressources naturelles, Sergeï Donskoï, comme étant impliqué dans le cartel russo-sud-africain proposé, Norilsk a indiqué en septembre qu’il levait des fonds pour acheter du palladium au gouvernement russe, selon Bloomberg.

Les commentaires de Donskoï n’ont pas été confirmés par la banque centrale russe ou Norlisk.

« Ma réaction initiale est qu’ils pourraient probablement le faire », a affirmé un professeur de droit américain, Harry First, commentant sur Mineweb le cartel entre la Russie et l’Afrique du sud. Cette mesure vise apparemment à flotter les prix des métaux après que le platine et le palladium aient atteint des points bas de plusieurs années sur le marché libre. Cette mesure fera cependant face à une forte opposition des consommateurs de métaux précieux, les constructeurs automobiles les premiers, et notamment en Chine.

Les réserves pas encore extraites en platine de la Russie et de l’Afrique du sud comptent pour 4/5 des réserves mondiales.

Mais, ils feront vraiment face à des obstacles, a ajouté First.

Acheter de l'or en ligne avec BullionVault

Attachments: 

Voir tous les articles de Goldbug.

Avertissement : Tous les articles publiés ici ont pour but d'informer votre décision, et non pas de la guider. Vous êtes seuls à pouvoir décider du meilleur placement possible pour votre argent, et quelque soit la décision que vous prenez, celle-ci comportera un risque. Les informations ou données incluses ici sont déjà peut-être dépassées par les événements, et doivent être vérifiées d’une autre source, au cas où vous décideriez d’agir. Voir nos termes et conditions.