Articles & actualité

80ème anniversaire de la confiscation de l’or

L’assouplissement quantitatif de 1933 avec Franklin D. Roosevelt et la menace de dix ans de prison…


  • "I, Franklin D. Roosevelt, President of the United States of America, do declare that [our] national emergency still continues...and do hereby prohibit the hoarding of gold coin, gold bullion, and gold certificates within the continental United States by individuals, partnerships, associations and corporations..."

Ce qui veut dire :

  • « Moi, Franklin D. Roosevelt, président des Etats-Unis d’Amérique, déclare que [notre] urgence nationale se poursuit toujours… et par la présente interdit la conservation de pièces d’or, de lingots d’or, et de certificats or au sein du territoire des Etats-Unis par des particuliers, des partenariats, des associations ou des sociétés… » 

« Les phrases d’introduction de l’arrêté exécutif 6102, émis il y a 80 ans par Franklin D. Roosevelt (FDR), le 5 avril 1933, ont obligé les propriétaires d’or aux Etats-Unis à amener leur or à la banque et à l’échanger pour des dollars à un taux en vigueur », écrit Ben Traynor pour BullionVault.

Cet arrêté est devenu tristement célèbre parmi les investisseurs en or. Aujourd’hui, certains craignent qu’une confiscation similaire de l’or puisse encore avoir lieu, que leur gouvernement pourrait chercher à leur retirer leur or dans le cadre de fausses solutions à une « urgence économique nationale ».

Les événements en Chypre, avec un impôt un temps envisagé de 6,75% sur les dépôts bancaire de 100 000 dollars (malgré l’existence d’un programme de protection de dépôts) ont seulement servi à renforcer ces craintes qu’un patrimoine privé pourrait, sous certaines circonstances, simplement être approprié. Les gouvernements changent les lois de temps à autre, et il est possible que dans certaines circonstances certains gouvernements puissent tenter de confisquer l’or de ses citoyens.

Mais il est important de se rendre compte que la motivation derrière la confiscation de l’or à l’époque de FDR, en 1933, a largement disparu.

A cette époque les Etats-Unis étaient encore sous le régime de l’étalon or. L’or était la fondation de la devise et de l’économie américaine, au moment où FDR avait ordonné que la valeur du dollar soit liée à l’or, à raison de 20,67 dollars l’once, le cours que le gouvernement a offert pour acheter et vendre le métal précieux. En rendant les réserves privées d’or illégales, FDR a en fait nationalisé ce qui était une propriété privée, utilisant l’or retourné aux banques pour soutenir les finances de Washington et imposer des peines de prison de 10 ans et des amendes de 10 000 dollars (près d’un demi-million de dollars aux cours actuels) pour désobéissance. Seulement un cas lié à la confiscation a été porté au tribunal (et uniquement parce que le propriétaire de l’or, le procureur de Manhattan, Frederick Barber Campbell, a porté plainte pour reprendre possession de ses biens) mais la menace seule a aspiré 60% de l’or alors en circulation en six mois de temps.

Après l’arrêté 6102, FDR a ensuite pu dévaluer le dollar contre l’or en augmentant les cours de l’or, quelque chose que le gouvernement pourrait maintenant faire car il contrôle l’approvisionnement domestique entier, plus une partie importante du marché international, qui injecte du métal aux Etats-Unis en échange de toujours plus de dollars par once. FDR agissait sur le conseil de l’économiste de l’agriculture de Cornell George Warren, dont l’expérience d’observer les cours des commodités l’a laissé avec la conviction que le meilleur moyen de résoudre une dépression déflationniste était d’injecter de l’inflation et de pousser les prix vers le haut. C’était la logique derrière la dévaluation du dollar, au cours des semaines après l’arrêté 6102, FDR et ses conseillers s’asseyaient à la table du petit déjeuner et décidaient ce que devait être le cours de l’or, l’augmentant un peu à la fois jusqu’à ce qu’ils se stabilisent à 35 dollars l’once, taux en vigueur jusqu’à ce que Nixon ferme la fenêtre de l’or en août 1971.

Donc, en un sens, la confiscation de l’or par FDR et son augmentation du cours de l’or était une version de l’assouplissement quantitatif à l’époque de l’étalon or : une politique visant à combattre la déflation en augmentant les cours des actifs au dépend de l’unité monétaire. Alors qu’aujourd’hui les banques centrales peuvent simplement créer les dollars, les euros et les livres nécessaires pour ce faire, sous le régime de l’étalon or ce n’était pas possible. Roosevelt a au lieu de cela confisqué l’or et changé son prix, l’objectif étant d’augmenter les prix dans l’économie même si il n’y avait pas assez d’or pour soutenir la quantité de devises.

La situation d’aujourd’hui est très différente de celle à laquelle FDR faisait face en 1933. L’or n’est pas la fondation du système monétaire mondiale. Quelques personnes possèdent de l’or, comparé, par exemple, à l’immobilier ou aux actifs financiers habituels. Ils ont aussi tendance à le détenir de façon à ce que les gouvernements y ont relativement peu accès. Les gains qu’obtiendrait un gouvernement en confisquant l’or des gens seraient beaucoup moindres que ceux au temps de FDR.

Ceci étant, il ne faut jamais dire jamais. Selon nous, un bon moyen de détenir de l’or est directement (pas à travers un trust), sous forme physique allouée, en offshore, dans un lieu avec une tradition forte de protection de la propriété des investisseurs internationaux. Ceci rend la confiscation de votre or par votre gouvernement plus difficile, et un geste qui pourrait risquer d’ennuyer d’autres pays pour peu d’intérêts.

A part l’or détenu en offshore, il y a d’autres sources de détention privée du métal qui sont des cibles beaucoup plus faciles pour la confiscation (ce qui inclut l’or détenu chez soi) et qui pourraient apporter plus de gains pour le gouvernement et moins d’efforts.

BullionVault offre des coffres-forts dans quatre juridictions distinctes, qui ont toutes une tradition raisonnable (même si imparfaite) de défendre les droits de propriété privé. Ces options de lieux de stockage sont Londres, New York, Zurich et Singapour (récemment ouvert).

Nous ne prétendons pas avoir résolu tous les risques associés à la préservation du patrimoine. Nous ne pensons pas qu’une stratégie sûre à 100% existe. Mais nous pouvons argumenter sur les avantages potentiels clairs pour la diversification dans des juridictions internationales.

 

Achat d'or en ligne avec BullionVault

 


 

 

  •  

-----------------------------

Informez-vous sur les risques

Tous les articles publiés ici ont pour but d'informer votre décision, et non pas de la guider. Vous êtes seuls à pouvoir décider du meilleur placement possible pour votre argent, et quelque soit la décision que vous prenez, celle-ci comportera un risque. Les informations ou données incluses ici sont déjà peut-être dépassées par les événements, et doivent être vérifiées d’une autre source, au cas où vous décideriez d’agir.

Rédacteur de Gold News, le site d’analyse et de recherche de l’investissement du leader mondial de l’achat d’or en ligne, BullionVault, Ben Traynor était a précédemment rédacteur à Fleet Street Letter, la newsletter sur l’investissement la plus ancienne au Royaume-Uni. Ancien étudiant de Cambridge en économie, Ben Traynor est un auteur professionnel et un rédacteur intéressé principalement dans l’économie monétaire. Il produit aussi une vidéo YouTube hebdomadaire résumant les événements de la semaine sur les marchés. En savoir plus sur Ben Traynor dans sa page .

Voir tous les articles de Ben Traynor.

 

 

Avertissement : Tous les articles publiés ici ont pour but d'informer votre décision, et non pas de la guider. Vous êtes seuls à pouvoir décider du meilleur placement possible pour votre argent, et quelque soit la décision que vous prenez, celle-ci comportera un risque. Les informations ou données incluses ici sont déjà peut-être dépassées par les événements, et doivent être vérifiées d’une autre source, au cas où vous décideriez d’agir. Voir nos termes et conditions.