Articles & actualité

L’or de la Chine et le film De L’or en barres

Rumeurs d’un étalon or chinois…

Quelle est la taille des réserves d’or de la Chine ?

Chinese Exports of Gold to Hong Kong
Exportations chinoises d’or vers Hong Kong

Les réserves d’or de la Chine pourraient être un mystère, mais ses discrètes exportations d’or deviennent de plus en plus évidentes.

Quelle est la taille des réserves d’or de la Chine ? Cette question ne date pas d’aujourd’hui, bien sûr.

En fait, les réserves d’or ont grossi ces cinq dernières années.

Et les chiffres disponibles sur l’offre et la demande du pays n’ont pas de sens.

Cette énorme différence entre les volumes de l’offre et de la demande en or de la Chine doit aller à la banque centrale, c'est presque sûr.

En tout cas, c’est ce que tout le monde semble croire. Même si, si c’était vrai, les réserves d’or de l’or de Pékin ne veulent rien dire pour les prix mondiaux de l’or, glissant à nouveau sous les 1 180 dollars l’once.

La thèse de Bloomberg est que le politburo chinois pourrait prévoir de lancer un étalon or chinois si le FMI contrôlé par les USA n’offre pas au yuan le respect qu’il lui ait dû lors de la revue quinquennale en octobre du système monétaire.

Cela pourrait être une raison pour la Chine qui a besoin de stocks d’or énormes, et qui a commencé en 2009 à annoncer 1 054 tonnes d’or. Pékin détient aujourd’hui peut-être 3 000 tonnes, ce qui correspondrait aux réserves allemandes.

Ou peut-être que le gouvernement chinois détient maintenant 5 000 tonnes d’or, pour arriver en seconde place après les USA et leurs 8 000 tonnes.

En haut de l’échelle, la Banque populaire de Chine pourrait détenir 30 000 tonnes… C’est une sorte d’attrape-nigaud sur Internet pour inviter les gens à cliquer sur des liens. Mais ce « fait » a été repris dans les médias domestiques !

Le récent séminaire de Bloomberg à la City a amené beaucoup d’analyses utiles faites par des analystes utiles. Notamment, Philip Klapwijk de Precious Metals Insight a montré que 1 200 à 1 500 tonnes d’or étaient liées au Shadow banking de la Chine (une vaste économie sousterraine) et étaient utilisées en nantissement pour des emprunts bon marché.

Klapwijk a aussi confirmé que les négociants avaient exporté de l’or (défiant l’interdiction stricte du pays) en envoyant vers Hong Kong des bijoux très simples et des objets rudimentaires. Ils sont ensuite refondus et retransformés en barres d’un kilo pour le marché des métaux précieux.

Ce commerce a piqué du nez en début 2015, selon Klapwijk, sans aucun doute à cause de l’actuelle politique anticorruption intensifiée par Pékin.

La Chine a officiellement rapporté mardi des exportations d’or en 2014 à hauteur de 750 tonnes, selon la banque australienne Macquarie. Ce volume comportait certainement les sorties de métaux d’investissement de la Chine. Mais pas sous la forme de barres d’investissement, pas au moment du transport, et ce pour dérouter les agents des douanes chinoises.

A quoi ressemblait cet or dissimulé ?

Nous pensons à des chaines en or dans la catégorie bijoux et à des articles, plus ou moins bien faits, comme les chats porte-bonheur ou des petites briques d’or pour célébrer la Grande muraille de Chine.

De toute façon, les trafiquants d’or chinois ne vont probablement pas choisir des presse-papiers à l’effigie de la Tour Eiffel comme utilisés par les négociants anglais à la fin de la seconde guerre mondiale pour contourner les interdictions britanniques.

Le film de 1951, De L’or en barres, n’était vraiment pas loin de la vérité.

 

Londres était alors (et est toujours) le cœur du marché mondial des métaux précieux. Cette technique était utilisée largement à la fin des années 1940 pour les exportations non officielles d’or, a indiqué le site GoldAvenue. L’or était officiellement destiné à la fabrication d’objets d’arts, qui, une fois exportés, étaient refondus en barres d’or pour la contrebande vers l'Inde.

GoldFinger, le James Bond de 1959, était aussi inspiré du marché noir de l’or de l’époque, avec le métal moulé en pièces automobiles pour faire partie de la Rolls Royce du bandit. Cette idée scénaristique était directement basée sur les pratiques de ce commerce parallèle.  

Malgré l’interdiction officielle en Chine des exportations d’or le métal a su trouvé une sortie du et une entrée vers le pays. Pékin sévira probablement plus durement que les autorités britanniques il y a soixante-dix ans. Mais plus le marché mondial de l’or change, plus il ne fait que répéter les schémas commerciaux observés il y a longtemps.

Cela fait qu’il sera très improbable que Pékin déclare un étalon or ou quoi que ce soit qui y ressemble parce que le pays a amassé une montagne d’or. Cela ne s’est jamais produit avant de cette façon. C’est l’inverse en fait. L’Europe et les Etats-Unis ont nationalisé les réserves à la fin du 19ème et au début 20ème siècle.

 

Adrian Ash dirige le bureau de recherches de BullionVault, un des moyens les plus simples et les plus économiques au monde d'acheter et d'investir dans l'or. Après avoir été responsable éditorial pour Fleet Street Publications -- l'homologue britannique des Publications Agora -- il a été correspondant du Daily Reckoning à la City de Londres pendant quatre ans. Il intervient désormais régulièrement dans les publications de 321gold.com, FinancialSense, GoldSeek, Prudent Bear, SafeHaven et Whiskey & Gunpowder ainsi que sur plusieurs sites internet d'investissement. Les points de vue d'Adrian sur le marché de l'or sont régulièrement repris par le Financial Times et AFX Thomson.
 
 

Avertissement : Tous les articles publiés ici ont pour but d'informer votre décision, et non pas de la guider. Vous êtes seuls à pouvoir décider du meilleur placement possible pour votre argent, et quelque soit la décision que vous prenez, celle-ci comportera un risque. Les informations ou données incluses ici sont déjà peut-être dépassées par les événements, et doivent être vérifiées d’une autre source, au cas où vous décideriez d’agir. Voir nos termes et conditions.