Articles & actualité

Le Soulèvement des Machines… des cours de l’or

Causes et effets, peut-on tout expliquer... ?

Les plateformes électroniques et automatiques, des tradings algorithmiques cachent la cause des mouvements des cours de l’or. Apparemment…

« L’Europe pourrait faire face à la déflation, et la Grèce pourrait être bradée après le vote de ce week-end. Mais mille milliards d’euros ne valent plus ce qu’ils valaient », écrit Adrian Ash pour BullionVault.

L’hiver dernier, la Banque centrale européenne a déversé de l’argent sur les établissements de crédit commerciaux de la zone euro, leur prêtant des liquidités, à prêter elles-mêmes à leur gouvernement domestique en achetant des obligations d’état. Maintenant les rendements des bonds espagnols sur dix ans sont à 6,73%. Les coûts d’emprunt de l’Italie sont revenus là où ils étaient avant la deuxième partie de LTRO en février.

L’argent le moins cher sur trois ans de l’histoire (prêté pour juste 1% par an), s’est révélé inutile en gros, et plus rapide que ce que nous avions pu anticiper ici chez BullionVault. Faut-il s’étonner que les gens achètent de l’or ?

Avec les récents évanouissements et bonds des cours de l’or, cependant, le marché s'interroge. Les deux baisses de cette semaine ont eu lieu à l’ouverture de New York, mais ont à peine fait des remous sur le marché des Futures or, où les traders américains pèsent de tout leur poids. Donc il semble plus probable que c’était le fait d’un important acheteur d’or, proposant des prix pour une quantité de métal physique sur le marché de gros.

Qui que ce soit, ils sont submergés de raisons pour acheter de l’or : les élections grecques dimanche, les rendements des bonds espagnols très hauts ou le rétablissement s’essoufflant des Etats-Unis. Choisissez celle qui vous convient. L’inflation massive de la monnaie, que ce soit avant, pendant ou après une défaillance majeure de crédit, n’est pas un risque zéro.

Mais cependant, la finance demande des causes et effets. L’obsession avec le raisonnement « tick par tick » (pas à pas), la recherche sans fin d'un « ceci car cela », va au-delà des journalistes financiers. L’exemple classique, cité dans le récent Thinking: Fast & Slow de Daniel Kahneman, avec Nassim Taleb le citant dans The Black Swan, provient d'un rédacteur de gros titres chez Bloomberg qui était le premier à blâmer l’augmentation des prix des bonds du Trésor US sur la capture de Saddam Hussein. Ensuite, plusieurs minutes plus tard, il a réécrit le gros titre pour blâmer sur exactement le même événement la chute des T-bonds quand les cours ont chuté.

« Les deux gros titres ressemblaient superficiellement à des explications de ce qui s’était passé sur le marché », affirme Kahneman. « Mais une affirmation qui peut expliquer deux résultats contradictoires n’explique rien du tout ».

Et donc dans l’or, certains participants sur le marché ont vu le saut de 30 dollars de ce mardi, selon un vendeur d’une des banques de métaux précieux, comme venant de la baisse de la note des banques espagnoles par l’agence de notation Fitch. D’autres acteurs avec lesquels nous avons parlé on vu l’augmentation de mercredi (qui s’est ensuite inversée) comme provenant des faibles données des ventes au détail aux USA. Mais plus de traders ont vu les deux mouvements des cours comme du bruit craché par les traders automatiques, ces algorithmes qui se défoulent sur les plateformes électroniques. Ce qui veut dire que même les faiseurs de marché ne peuvent pas voir ce qui se passe avec les flux physiques.

L’un affirme que « les plateformes électroniques, ou les « machines » ou les « jouets » sont déjà installés sur les bureaux des clients et actuellement commercialisé par les banques commerciales pour le trading des métaux précieux ce qui veut dire que les faiseurs de marché manquent un peu d’un point de vue sur ce qui se passe sur le [marché de l’or] spot de temps à autre.

Se distancer un peu des plus grosses banques peut paraître être une « bonne chose » pour certains. Mais blâmer les machines électroniques ou les jouets pour les mouvements sans explications sur le cours de l’or est devenu un passe-temps populaire sur le marché professionnel, surtout pour les traders pris du mauvais côté de ce qui semble être la volatilité.

Figure 1 -- Or : cours en dollars contre volatilité


La vérité, cependant, est que la violence des oscillations des cours de l’or s’est calmée depuis les niveaux hauts de trois ans de l’été passé. Et si les banques de métaux précieux faiseurs de marché de Londres sentent qu’elles ne peuvent coller une histoire à ce qui pousse les cours tick par tick, quelques journalistes ou des investisseurs privés trouveront la « vraie » cause aussi. Donc gardez votre énergie. Car ce qui est important, comme tout nid douillet pour votre épargne, n’est pas si ce qui fait les gros titres pousse ou non les gens (ou les machines) à acheter, à seulement vendre (et à acheter de nouveau), avant la prochaine annonce de l’agence de presse. C’est la raison essentielle pour laquelle vous choisissez ou non d’acheter ou de vendre de l'or.

Avec l’investissement en or, nous suggèrons que les raisons à prendre en compte commencent et finissent avec la menace de votre épargne par les jumeaux monstrueux que sont la défaillance et la dévaluation. Tout deux trop proches, qu’est-ce qui vous dit qu’ils ne vous allégeraient pas de votre argent le mois prochain, l’année prochaine ou dans cinq ans ?

Cinq ans et 900 dollars l’once après le début de la crise financière, il y a encore du chemin avant la fin. Et l’espoir que vous n’aurez pas besoin d’or indestructible n’est pas pareil que ne pas avoir besoin d’or.

Adrian Ash dirige le bureau de recherches de BullionVault, un des moyens les plus simples et les plus économiques au monde d'acheter et d'investir dans l'or. Après avoir été responsable éditorial pour Fleet Street Publications -- l'homologue britannique des Publications Agora -- il a été correspondant du Daily Reckoning à la City de Londres pendant quatre ans. Il intervient désormais régulièrement dans les publications de 321gold.com, FinancialSense, GoldSeek, Prudent Bear, SafeHaven et Whiskey & Gunpowder ainsi que sur plusieurs sites internet d'investissement. Les points de vue d'Adrian sur le marché de l'or sont régulièrement repris par le Financial Times et AFX Thomson.
 
 

Avertissement : Tous les articles publiés ici ont pour but d'informer votre décision, et non pas de la guider. Vous êtes seuls à pouvoir décider du meilleur placement possible pour votre argent, et quelque soit la décision que vous prenez, celle-ci comportera un risque. Les informations ou données incluses ici sont déjà peut-être dépassées par les événements, et doivent être vérifiées d’une autre source, au cas où vous décideriez d’agir. Voir nos termes et conditions.